Archives par mot-clé : économies

Economies faites en 2013 (1) : changer de banque

Comme je l’ai dit dans le précédent article, j’ai commencé à implémenter quelques changements en septembre de l’année dernière. Et la première chose a été de changer de banque.

Pourquoi changer de banque ?

J’avais un vieux compte à régler.
Mon père m’avais ouvert un compte en banque alors que j’avais 16 ans. Il était alors lui-même employé de cette banque depuis plus de 30 ans.
J’ai toujours géré avec prudence mes comptes en banque, faisant toujours l’impossible pour ne jamais être à découvert, restant cordial et poli avec toutes les personnes avec qui j’avais affaires.
Et puis au fil des années, j’ai noté un changement de style dans la gestion des agences. Le personnel est muté tous les 3 ans, pour éviter de créer des liens de proximité avec les clients, internet est arrivé, les espèces ont disparu des agences et je communiquais avec « mon conseiller » plus par mail que de visu. Et « mon conseiller » cherchait surtout à me caser des produits financiers.

Première grosse déception

Après avoir achevé ma reconversion professionnelle, ma femme et moi avons décidé d’acheter une résidence principale et nous nous sommes tournés vers nos banques respectives, en premier la mienne. Certes, notre demande était un peu gonflé, ma femme avait juste créer sa propre auto-entreprise, et j’avais un contrat en CDD de 3 mois dans la fonction publique. Mais si nous voulions profiter au maximum du contexte (taux historiquement bas, dégrèvement d’impôt sur les intérets, PTZ maximum), nous devions acheter vite.
Et puis, zut, j’avais un compte courant depuis 30 ans dans cette banque, sans aucun incident, mon père avait travaillé 40 ans, ma soeur y travaillait. Je croyais que cela comptais pour quelque chose. Je croyais que puisqu’il me connaissait, il pouvait voir que j’étais quelqu’un de responsable et serait me donnerait ma chance. Que nenni. On nous a juste gentiment rigolé au nez en nous expliquant qu’il n’y avait aucune chance pour que notre demande de prêt soit acceptée.
Nous nous sommes tournés vers le Credit Agricole qui nous connaissait un peu moins. Mais au Crédit Agricole, les décisions d’accorder un prêt sont prises par les agences au cas par cas, et pas par une administration obscure, sur la base d’un tableau représentant les différentes variables concrètes de notre situation financière. Nous avions déjà emprunté avec eux pour un véhicule dans des conditions pires et nous avions remboursés sans problème. Ils acceptèrent sans l’ombre d’une hésitation notre demande de prêt, notre conseillé qui avait entre changer d’agence, avait mis tout son poids pour faire pencher la balance en note faveur.

La goutte qui a fait…

Le comble fut que quelques mois plus tard, je reçu un mail de ma banque « historique » m’invitant à prendre une assurance habitation chez eux puisque maintenant j’étais propriétaire ! C’est là que j’ai pris ma décision et j’ai expliqué tout cela un peu plus tard à  » ma conseillère » qui compatit avec moi mais a quand même essayé de me vendre une assurance vie. A la fin elle m’a conseillé de rejoindre leur nouvelle banque low-cost en ligne.
Donc en septembre 2013, j’ai rendu ma carte bleue, fermé tous les compte sauf un, j’y ai gardé 10 euros, pour faire joli et les emmerder.

Conclusion : Dans la plupart du temps, la banque de proximité (prête à dépanner, à faire confiance et parier sur un avenir) qu’on connu nos parents a été fermé il y a bien longtemps. Les banques ne vendent pas un service bancaire, elle font de l’argent en prenant le minimum de risque. La demande de prêt passée au Credit Agricole, mais est-ce que cela durera ?

Banque en ligne ?

Donc je me suis tourné vers ING Direct après avoir entendu et lus de bonnes reviews (surtout à l’étranger).
D’abord le contrat est simple ; tout est pratiquement gratuit : la carte MasterCard, la gestion des comptes. Les commissions sur les opérations de bourses sont les moins chères du marché et il n’y a pas de frais de garde.
Et surtout, j’ai l’impression qu’ils cherchent à faciliter la vie. Leur site internet est le plus clair que je connaisse (certes je ne suis pas très fan de leur couleur orange mais bon..). Si j’ai un chèque à remettre, je le signe, joint le formulaire, le met dans une enveloppe sans timbre et hop, dans la boîte aux lettres.
Je ne suis pas très impressionné par leur répondeur car j’ai eu du mal à avoir une personne car ma demande sortait de l’ordinaire. Mais, je me suis résolu à taper des boutons jusqu’à ce je parle quelqu’un qui m’a transféré sans problème vers le bon service. Ils s’en sont pas trop mal sorti.

Conclusion

Voilà pour la banque, c’est fait. Peu de commissions, beaucoup moins de frais fixes, plus du tout de propositions, de mails pour avoir une assurance maison, auto, vie, petit bobo ou un prêt à la consommation digne de Cofidis. C’est plus simple, moins cher et je peux me consacrer à l’essentiel !

Combien pour être heureux ?

combien pour etre riche
Ce qui me pousse à tenter de devenir indépendant financièrement avec un si petit budget est que je suis persuadé qu’au dessus d’un certain niveau, l’argent ne fait plus le bonheur. Je pense même qu’il a même l’effet inverse.
Je crois que la plupart des gens seraient d’accord avec ce point de vue.
Là, où je diffère peut-être de beaucoup de personnes est dans le niveau minimum nécessaire pour être « heureux ». Et moi-même, je ne suis pas sûr de ce niveau.

Donc, combien pour être heureux ?

Je vais essayer de définir ce niveau pour moi en répondant à quelques questions.
– D’abord, de quel bonheur parle t’on ?
– Qu’en penses les autres blogueurs financièrement indépendant ?
– Enfin, que me dit mon expérience personnelle ?

De quel bonheur parle t’on ?
Le mot heureux est approprié et je l’entends dans le sens de « satisfait », « content » comme « contenté ». Un peu comme le définit Thomas d’Aquin « le bonheur est de désirer ce que l’on a ».
Je le définis aussi comme le niveau de satisfaction générale : ce qui reste une fois l’effet « waouh » est passé. Quand on étudie et interroge les gens qui gagnent au Loto par exemple, on s’aperçoit que le niveau de bonheur est plus élevé la première année. C’est l’effet « waouh ». Mais ensuite, le niveau redescend au même niveau, voire plus bas qu’avant le gain de la cagnotte.
Nous avons tous connus des effets « waouh! », quand nous nous sommes mariés, ou notre premier travail, notre première voiture, notre premier appartement, notre premier grand voyage, notre première Nespresso :).
Mais que reste t’il une fois l’effet de nouveauté émoussé ? C’est la bonne question et c’est de ce nieau de satisfaction que je parle.

Qu’en pensent les autres blogueurs ?
Pour le moment, je ne connais que des références américaines. Les sommes discutées sont faibles il me semble, surtout pour ce pays. Un couple d’américains moyens, éduqués, gagne en moyenne entre 80000 et 200000 dollars par an. La plupart des blogueurs parlent de la nécessité d’accumuler un capital de 1 millions de dollars pour pouvoir prendre sa retraite (anticipée ou non) Si j’applique le taux de 4 % de retrait par an (taux fréquemment utilisé), on arrive à un revenu de 40000 dollars par an par personne.
Mais il faut noter que deux blogs extrêmement populaires (Mr Money Mustache, Early Retirement Extreme) prônent un niveau de revenus beaucoup plus bas :
– Mr Money Mustache publie tous les ans ses comptes. Il vit avec sa femme et son jeune fils de 6 ans et dépensent en tout 24000 dollars par an. soit 8000 dollars par personne. Leur maison est payée, donc on ne compte pas de frais de loyer ou de remboursement d’emprunt.
– Jacob Fisker d’Early Retirement Extreme, a économisé suffisamment d’argent pour devenir indépendant financièrement en 5 ans, en mettant de côté 75 % de ses revenus (voir le calcul simple) et en vivant avec 7000 dollars par an (en comptant des frais de loyer)

Et pour moi ?
J’ai remarqué que par le passé, j’ai vécu avec des niveaux de vie très différents ( 400 € par mois en voyage, 850 € par mois étudiant et 1300 € actuellement) et avec des niveaux de « satisfaction » aucunement corrélés à l’argent dans mon portefeuille. Bien sûr, certaines années de disettes furent stressantes mais j’en garde en relatif bon souvenir. Ce qui m’a stressé furent les mauvais choix faits en terme de logement (en grande banlieue – trop loin) et de choix de moyen de transport (scooter chinois tombant en panne toutes les semaines), plus que mon choix de vie.
Je suis toujours au stade du questionnement. Et j’ai plusieurs questions justement. Comme l’explique Jacob, je connais des gens qui vivent bien avec 10000 € par an, et d’autres qui vivent bien avec 20 000 €. Une question est : est ce qu’un personne qui gagne 20000 € par an, peut vivre avec 10000 € par an (et mettre de côté 10 000 € par an) ?
L’autre question, une fois libre et indépendant financièrement, une fois qu’on a le temps qu’on veut, combien d’économie peut-on encore faire « naturellement » ? Le temps de jardinier, le temps de faire du sport, le temps de réparer, entretenir soit même les choses. Beaucoup de variables, n’est ce pas ?

Prenons d’hypothèse que dès aujourd’hui je sois suffisamment riche pour ne plus travailler.
Je déménagerai et vivrais à la campagne où le loyer serait moindre, où j’aurai du calme et de l’espace. Je pourrais faire un peu de jardin, me déplacer à vélo et poursuivre un de mes passions en été. En hiver, je partirais voyager dans des pays plus chaud pour assumer l’assouvir l’autre de mes passions.

Ce qui me donnerais le budget annuel /12 suivant par personne (nous sommes deux adultes) :
Loyer 300
Assurance maison/impôts = 80
Energie : 15
Nourriture été : 100
Internet /communication: 20
transports motorisé (assurance, essence entretien basé sur 2500 km par an) : 15+10+25= 50
Transports non motorisé (chaussures, entretien vélo) : 10
Vétements : 10
Budget en voyage rammené sur 12 mois :
Billets d’avion : 1000/12 = 90
train de vie (20 euros par jour sur 6 mois) : 300 par mois
Santé (mutuelle + assurance/assistance voyage) : 50
Loisirs/cadeaux/dons : 75 €
TOTAL : 1100 € par mois

Conclusion

Ceci est une estimation grossière mais c’est déjà une base. Il me restera à l’affiner au fil des mois et années. le budget voyage par exemple me paraît démesuré au vue de mes expériences passées et il faudra que j’ajoute une marge de sécurité pour tout changement à venir.
D’un autre côté le budget « revenus annexes » peut augmenter en diminuant les charges. Par exemple, je pourrais louer la maison quand nous ne sommes pas là, ou la prêter contre le paiement de charges, je pourrais travailler en voyages pour le gîte et le couvert etc..

Pour le moment, je pense que je peux vivre très confortablement avec environ 1150 par mois (13800 € / an) si je ne travaille pas. Mais plus je réfléchis à la question et plus je lis de blogs consacrés à ce sujet, plus j’ai l’impression que ce chiffre risque de baisser. Et ce serait très bien !

Ma stratégie

Ma stratégie est très simple.

Il s’agit d’économiser le plus possible, investir de manière la plus rentable et la plus sécurisée et seulement une fois que les revenus de mes intérêts seront suffisants, je pourrai m’arrêter de travailler.

Economiser le plus possible

Il s’agit surtout pour moi de vivre comme je vis actuellement, ne pas me priver mais ne pas augmenter mes besoins « artificiellement ».

Comme je l’ai déjà indiqué, j’étais très heureux avec 800 euros par mois, et encore plus heureux avec 450 dollars par mois (en voyage), donc maintenant avec près de 1600 euros par mois en moyenne, j’ai largement de quoi être satisfait.
Cela veut dire, en conséquence, que tout ce que je gagnerai en pouvoir d’achat grâce par exemple à des augmentations, je le mettrai dans la pile de mes économies.
Je voudrais atteindre un taux d’économie de 50-60 % de mes revenus. Il y un calcul très simple qui est fait et il est intéressant d’utiliser ces outils. Il y a ainsi plusieurs calculateur en ligne, j’aime bien celui-ci. Cela permet de réfléchir un peu et de me rassurer.

Investir de manière la plus rentable

Pour moi, je ne vais pas, a priori, investir dans l’immobilier, ou dans des fonds de pensions, assurance vie, mais dans des fonds indexés de chez Vanguard. J’aurais l’occasion de revenir sur cette stratégie dans des articles futurs. Mais j’espère ainsi une rentabilité à 7% par an en moyenne.

Des revenus suffisant

J’aimerais pouvoir gagner un SMIC en revenu passif. Je crois que je peux vivre confortablement ainsi. Je parlerai aussi plus tard de mes projets et mes passions. Mais ce que je peux dire dès à présent, c’est que je ne compte pas passer ma vie devant une télé, ou jouer au golf, mais ma « retraite » sera active. J’expliquerai tout cela dans des articles à venir.