Archives par mot-clé : consommation

Shinrin Yoku – l’appel de la forêt

Shinrin Yoku en Forêt dOrléans ?

Shinrin Yoku en Forêt dOrléans ?

Il y a quelques temps, je suis tombé par hasard sur une connaissance que je n’avais pas vu depuis des années. Nous avons échangé quelques nouvelles et je me suis vite aperçu que la vie n’avait pas été un pique-nique pour lui ces dernières temps. Informaticien, programmeur. Il avait été victime d’un burn-out facilité par une hiérarchie manipulative qui l’a essoré jusqu’à ce qu’il se retrouve incapable d’aller travailler. Continuer la lecture

Sortir de la surconsommation

Commercial street - temple de la surconsommation ?

Commercial street – Bangalore

Pour atteindre l’indépendance financière, il y a deux moyens, augmenter ses revenus ou diminuer ses dépenses (dans le but d’investir le surplus). On peut bien sûr faire les deux. Je considère depuis longtemps que la première étape est de maîtriser ou diminuer ses dépenses. Car si on commence à augmenter ses revenus d’abord, le train de vie va s’adapter automatiquement et on ne développera pas de marge d’investissement. Continuer la lecture

Mes dépenses de l’année 2

 

Dans un restaurant de gare en Inde

Dans un restaurant de gare en Inde

Voici le bilan des dépenses de l’année. Je parle cette année des dépenses car les revenus sont les mêmes. Par ailleurs, j’ai décidé de ne plus faire de bilan mensuel de mes dépenses et revenus, cela devenait un peu répétitif. Je n’ai pas encore décidé si je le ferai tous les deux mois ou tous les trimestres ou deux fois par an. 

On va le dire tout de suite, j’ai dépensé 1 000 euros de plus que l’année dernière alors que j’espérais dépenser moins. Après tout, je n’avais pas d’ordinateur à remplacer, ni de gros frais pour la maison. Alors que c’est-il passer ? Continuer la lecture

Société d’abondance et Noël

Bon, ce n’est pas ma saison favorite. A vrai dire, je ne comprends pas très bien le concept.

Abondance de la nature

Merci à Death_to_stock_photography_wild_8 – abondance de la nature

Je passe sur l’adoration du Dieu de la Forêt (Wöden qui a donné le mot « wood », bois) en décorant un arbre qui reste vert en hiver, ou la célébration de la naissance de Jésus qui tombe le même jour (quel coïncidence quand même), ou savourer le temps passé en famille tout ensemble, çà, je peux le comprendre et je le respecte même. Continuer la lecture

Kit batterie iFixit.com

Une décision libératrice : me passer d’un iPod Touch :)

Kit batterie iFixit.com

iFixit

Aujourd’hui, je suis content car j’ai décidé d’être cohérent avec moi-même. J’ai pris une décision qui me paraissait dure à accepter au début, mais une fois prise, ce fut une sorte de libération, de soulagement, un poids de moins sur les épaules.
Je m’explique :
La batterie de mon iPod Touch, de mon iPod Touch adoré, si indispensable, qui me suit partout depuis 4 ans, a rendu l’âme. J’avais déjà décidé de restreindre l’utilisation de mon iPod pour calmer un peu le nombre de sollicitations que je recevais, permettre de réfléchir et favoriser le peu de création que je possède.
Mais là, c’était toute ma musique, mes podcasts, ma radio,  mes photos, mon carnet d’adresse, mon agenda synchronisé avec celui de Google que je ne pouvais plus accéder comme je le désirais, n’importe où !! Un vrai drame.

Je me retrouvai donc devant 4 solutions :
– changer la batterie dans un Apple Store ou un revendeur agréé : 75 €
– changer la batterie moi-même (une solution plus moustachienne) : 15 € pour le kit, plus trouver un copain avec un fer à souder, et qui sait s’en servir.
– acheter un iPod Shuttle, un iPod Nano, voir un iPhone (d’occasion of course) : 55 ou 170 ou 200 €
– me passer d’un iPod Touch : 0 €

Your Money and Your Life ne m’a pas aidé pour la prise de décision car franchement si je regarde le coût réel du premier iPod Touch, cela donne : 245 € à 7 euros de l’heure = 35 heures de travail sur 4 ans, cela fait 8,5 heures et demi de travail par an, moins d’une demi-heure par mois (alors que je l’utilise entre une demi-heure et 2 heures par jour), cela n’est pas tant que ça.

En fait, j’ai quand même décidé de me passer d’iPod Touch.
J’ai pris la décision en me projetant dans l’avenir. Quand je serai indépendant financièrement, je n’aurais absolument pas besoin d’écouter quelque chose dans mes heures gâchées en allant travailler, à la pause déjeuner, ou à récupérer d’une dure journée de travail puisque je n’irai pas bosser :).  Mais, théoriquement, je veux passer tout mon temps à voyager et suivre mes autres passions. Quand je voyage, je voyage léger, très léger, dans le sac et dans la tête, pas de musique, pas de livre en partant.
Donc, j’ai pris cette décision en fonction de la personne que je voulais devenir et de faire un pas dans la bonne direction. Cette philosophie est prêché par Jacob Frisker de Early Retirement Extreme et pas bien d’autres, notamment des spiritualités orientales.
Résultat, je me sens complètement soulagé. Plus d’appareil, à trimbaler, à gérer, à recharger, à synchroniser, à mettre à jour etc. Les mains dans les poches, vides.

Hum, cela me donne des idée pour mon portable 🙂

—————————————————-

Appendum : Juste quand j’ai écrit cet article, donc aujourd’hui, une collègue a apporté son nouveau Smartphone, un Lenovo sur Android acheté 78 € sur un site à Hong Kong. J’ai été tenté bien sûr, environ 10 bonnes secondes, et puis j’ai réfléchi à mon article précédent et puis celui-là, et j’ai fait dans ma tête : »Nan, pas besoin.. » et surtout je ne voulais pas perdre ce sentiment de liberté (je ne trouve pas d’autre mot, c’est un peu ridicule, quand on écoute les actualités internationales), au moins de légèreté. Je jure, si on m’en donne un, je le donne à quelqu’un. Ma femme, par exemple, qui hésite à acheter un iPhone 🙂
—————————————————–
Appendum 2 : en parlant de podcast, je conseille vivement au moins la première partie de ce podcast, un interview de Pierre Bellanger, le patron de Sky Rock, sur les changements que l’industrie est en train de connaître à cause d’internet. Fascinant. Surtout que ce n’est pas de la science fiction, cela arrive déjà. J’y reviendrai peut-être au cours d’un article.