Simplifier sa vie – créer les conditions

offrande-de-lumiere

Simplifier sa vie est une clé qui ouvre de nombreuses portes. Le principe du minimalisme est de se débarrasser des choses matériels superflus pour faire de la place à ce qui est important. On aborde le minimalisme par le côté matériel des choses mais on s’aperçois vite que c’est aussi dans la tête que cela se passe. Simplifier sa vie et ses actions permet un pont entre les deux : une fois laissé le superflu, simplifier sa vie permet d’accéder à ce qui important pour nous.

Simplifier sous la contrainte

J’ai vécu ses derniers mois en Inde et au Népal où l’accès aux biens matériels peut-être un challenge. Là-bas, rien n’est réellement acquis. L’électricité peut être couper à tout moment, l’eau aussi, internet etc.. Du coup, on ne peut faire qu’une seule chose à la fois. Un jour, on va à la banque, le lendemain ou l’après-midi, on ira à la poste. Mais tant que que le premier item n’est pas fait, on ne passe pas au second.

Ce que j’ai gagné à simplifier ma vie

De retour en Occident, cette « simplicité » de fonctionnement me séduit d’autant plus. J’avais évoquer mon besoin de « ralentir« , de rester en conscience, et de faire des actes délibérés. Avec ce mode de fonctionnement, mon esprit est plus calme, donc plus serein, donc plus heureux. Je ne parle pas du bonheur de gagner à l’Euromillion mais je parle d’une satisfaction tranquille. Une sorte de confiance que tout va bien. Le piège serait de tomber dans l’arrogance mais justement, on peut éviter en appréciant le moment présent et en cultivant la gratitude.

C’est ce qui m’importait. Je suis persuadé que d’autres auront d’autres bénéfices, seront plus créatifs ou plus en phase avec leur famille, leurs enfants, leurs environnement, si c’est cela qui est important pour eux.

Comment créer les conditions pour simplifier

Cela dit, il est important pour moi que les conditions autour de moi soit en accord avec ce mode de fonctionnement. Pour changer la roue d’une voiture, il faut d’abord qu’elle soit arrêtée. De même, pour vivre délibérément, pour ralentir, il faut créer des conditions.

Je me suis fait une liste des conditions qui m’aident à cultiver cette satisfaction tranquille.

Faire de la place

  • Il faut d’abord faire le tri de ses affaires, s’entourer de moins de choses, ou que de choses agréables. Je ne peux pas assez recommander le livre de Marie Kondo qui décrit une méthode et va aussi au fond des choses pour finalement nous amener à changer notre rapport aux choses matérielles et à notre (sur)-consommation. Il y a d’autres méthodes que j’ai évoqué dans cet article.

Éviter les tentations

  • Une fois qu’on est « guéri », il faut éviter de se laisser tenter. Bien sûr cela sera différent pour chacun et dépendra de nos points faibles. Pour moi, je mets des freins à mes achats. Je prends mon temps, je m’oblige à attendre au moins 15 jours afin de faire un achat important.

Acheter peu mais bien

  • Je m’oblige à acheter quelque chose de bonne qualité afin que cet objet dure. Cela peut me contraindre encore à attendre plusieurs semaines jusqu’à ce que j’ai suffisamment d’argent économisé. Je résilie régulièrement les newsletters qui arrivent sur ma boîte mail et qui pourrait me tenter d’acheter quelque chose qui comblerait un manque que je n’ai pas vraiment.

Attention aux autres pollutions

  • Je fais le tri des informations qui m’arrivent. Nous n’avons de télé, je n’allume plus la radio. Je débarrasse régulièrement ma boîte mail de tous les spams. J’écoute délibérément quelques podcasts qui m’informent sur des sujets que je juge importants, histoire de ne pas vivre dans une bulle, coupée complètement du monde. Actuellement, j’en ai sélectionné trois :
    • L’esprit Publique sur France Culture
    • L’Economie en Question – France Culture
    • BBC World Global News Podcast : j’écoute le sommaire et je glisse vers les sujets qui m’intéresse

Se déplacer aussi de manière délibérée

  • Je me déplace en vélo chaque fois que cela est possible. Rien de plus délibéré que d’appuyer sur des pédales :). Ceci n’est possible que si on a bien pensé l’endroit où l’on a décider de vivre.
  • Limiter mes déplacements en voiture. Je ne prends pas la voiture pour une course. Cette fois je déroge à ma règle, d’une seule chose à la fois. Je ne prends la voiture que si je dois aller faire au moins deux courses. Par exemple, je profite de ma visite chez un ami, pour passer à Ikea si j’ai besoin car il habite sur la route.

Ne faire qu’une chose à la fois.

  • C’est plus facile à dire qu’à faire, mais j’essaie de limiter le multitasking. Si je me fais un thé, je ne continue pas à écrire mon blog. Si je cuisine, je ne suis pas au téléphone etc… L’important est d’être délibéré, de faire les choses avec conscience, s’appliquer en quelques sortes.

Conclusion

Toutes ces actions sont bonnes pour pleins de choses finalement quand on y réfléchit. Je fais des économies, je garde un esprit paisible, certainement moins prone aux maladies et j’aide ma planète à mieux respirer. Il faut garder le cap 🙂

Sur le même thème :