Petit guide pour débutant des produits boursiers

Quels produits boursiers ?

Quels produits boursiers ?

Voici une explication pas-à-pas des étapes pour acheter des produits boursiers.

Ce qui m’a motivé à écrire cet article est qu’au début, j’avais cherché sur le web quelque chose qui m’explique comment faire pour acheter ces produits, notamment ceux de Vanguard, mais apparemment cela doit être trop simple ou je suis trop bête, car je n’ai pas trouvé grand chose. Je me suis retrouvé avec pleins de questions au moment de le faire, étant complètement novice.
Donc avant que ces informations deviennent trop évidentes pour moi, je vais retracer mes pas.

Choisir un panier ou un bulle fiscale

Ce que je n’avais pas compris est que, avant d’aller faire ses achats au marché (boursier) il faut avoir un panier. Le panier a surtout une utilité fiscale. Il permet de savoir comment on va être taxé.
Les paniers que je connais sont :
– le PEA
L’assurance vie
le compte titres.

Le compte titres :

Je vais commencer par celui-là, car c’est le plus simple. Quand on regarde un relevé bancaire, il y a le récapitulatif des comptes que l’on détient chez cette banque (le compte courant, les comptes sur livret etc), lignes par lignes. Le compte titre est une ligne supplémentaire. C’est juste un compte supplémentaire avec un numéro de compte et tout et tout mais sans de carte de paiement, ni de chéquier rattaché, comme pour les comptes sur livret (sauf à la Poste qui arrivait avant à donner chéquier, à autoriser des prélèvements et une carte de retrait sur un Livret A !).
Le compte titres n’a pas de fiscalité particulière, c’est à dire que les revenus des titres (dividendes ou plus-values) sont taxés pleins pots : 15,5 % de prélèvement sociaux (prélevé à la source, par votre banque), plus son propre barème d’impôt sur le revenu (payé par soi-même au moment du paiement de l’impôt sur le revenu).
Pour infos, voici les barèmes en fonction des tranches de revenus.
Barème des impôts sur les revenus 2014 pour une part :
Moins de 6 011 € ==> 0,00%
De 6011 € à 11 991 € ==> 5,50%
De 11991 € à 26 420 € ==> 14,00%
De 26 420 € à 70 830 € ==> 30,00%
de 70830 € à 150 000 € ==> 41,00%
Au delà de 150 000 € == >45,00%

Dans mon cas, je ne compte pas vendre (et faire de plus-value) avant d’être indépendant financièrement et avant d’avoir diminué considérablement mes revenus.
Donc j’aurais à ce moment un petite portion des revenus compris dans la 2ème tranche. Je paierai (si cela ne bouge pas) : 0 € sur les 6 000 premiers Euros, 5,5 % sur 5000 € (= 275 €) pour 12000 € de revenus, ce qui fait un taux total de 2,2 % d’impôt, pas de quoi fouetter un chat pour moi (comparer à la TVA 🙂 !)
Par contre j’ai une incertitude sur les dividendes. Quand j’ai acheté, j’ai coché l’option « capitalisation des dividendes » mais, depuis, on m’a dit que ce n’était pas possible pour des ETF. Je verrai à l’usage.

Le PEA

Le PEA est un autre type de panier, mais il a deux grosses différences :
– d’abord, après 5 ans, les revenus des plues-values et des dividendes sont défiscalisés (ne sont pas soumis à l’impôt sur le revenu), mais les prélèvements sociaux sont toujours prélevés. Ca paraît super, mais il y a une contre partie, qui pour moi est de taille :
– on ne peut pas acheter tout ce qu’on veut. On doit surtout acheter sur le marché français et européen, et en ce moment, c’est pas le pied. Et on peut acheter un tas d’OPCVM (c’est à dire des fonds avec un management actif) avec des frais de gestion importants comparés aux fonds indiciels, ou des actions et obligations sur le marché européen. Je n’ai pas trouvé de fond indiciel sur le portefeuille disponible au PEA. Ce qui veut dire que ce panier propose de me faire économiser des impôts sur des fonds à moindre rentabilité (OPCVM classiques) ou risqués car il faudra choisir quelques actions par rapport à acheter toutes les actions possibles, comme on le fait avec un fond indiciel (voir cet article si vous ne l’avez pas déjà lu). Donc j’ai passé mon chemin.

Le troisième et dernier panier que je connaisse est

L’assurance-vie

qui porte très mal son nom.
C’est un panier avec une fiscalité qui change avec l’âge et qui permet de transmettre un patrimoine à une ou des « bénéficiaires ». Comme pour le PEA, on ne peut pas tout acheter. En fait, les banques et assurances proposent des packages qui promettent une diversification pour eux suffisante. La contrepartie est aussi des frais importants et une rentabilité moyenne autour de 3 % (sans les frais, l’inflation etc). Le système a d’autres contraintes : pas très souple, les frais de retrait sont taxées lourdement avant 8 ans. C’est un placement optimum pour préserver et donc être sur de transmettre un patrimoine à son époux survivant ou ses enfants, pour peu qu’on est investi avant 70 ans (il y a alors un abattement de 150 000 euros). Donc pour l’indépendance financière, je trouve qu’il y a trop de limitations. On verra si l’avenir me donne raison.

Par conséquent, j’ai ouvert un compte titres, en ligne. J’ai répondu au questionnaire, j’ai reçu un contrat par courrier, signé, renvoyé et voilà, j’avais un ligne de compte supplémentaire et je pouvais acheter enfin des titres de chez Vanguard.

Cela a fonctionné comme ceci (pour moi)

– Par internet : d’abord, j’ai fait un transfert d’un autre compte (courant ou livret) vers le compte titres. Cela crée une ligne « espèces » dans le compte. Puis avec ces « espèces » je clique sur le lien « passer un ordre ». Je me retrouve devant une barre de recherche pour un code ou un libellé. Je tape « VTI » qui est le nom par exemple d’un ETF de Vanguard que je veux acheter, et je tombe sur un formulaire qui me demande si je veux acheter ou vendre, combien de titres, à quel coût maximum, minimum, quand etc.. Je remplis, j’assure que j’ai bien compris les risques et je confirme l’ordre d’achat ou de vente. Et c’est tout ! C’est effectivement pas très compliqué.

Et après ?

Ensuite, l’idée est d’oublier pendant 10 ans. Je regarde temps en temps le cours grâce à Yahoo. Il suffit de faire une recherche Google sur « VTI » , on voie apparaître une page bourse gérée par Yahoo pour suivre le cours de ces actions du Nasdaq en direct.

La question qui reste toujours en suspend pour moi est le prélèvement à la source effectué par les autorités américaines. El là le choix du broker est important, car il doit y avoir un accord entre la France et les States faisant qu’on n’est taxé que 15 % au lieu de 30 %. Sinon, il y a un formulaire à remplir pour dire qu’on vit à l’étranger etc.. Je dois me renseigner mais je n’ai pas eu le temps. Donc à suivre…

Voilà, j’ai à peu près tout dit. On voit que les frais pris par les banques sont à considérer pour optimiser les achats. pour le moment, j’ai une gratuité totale pendant 6 mois avec ING direct. J’espère qu’ils la prolongeront. Sinon, j’achèterai tous les 6 mois en moyenne.

Un dernier mot, je viens de recevoir dans le cadre d’une formation professionnelle, deux jours de cours sur les produits de gestion du patrimoine. Je reviendrai donc en détails sur ces paniers, et sur les produits qu’on peut mettre dedans.

Avertissement : comme tout ce qu’il y a dans ce blog, cela ne représente que mes opinions personnelles que je partage sur la place publique. Vous êtes seuls responsables de vos choix.

Sur le même thème :