Comment investir l’argent économisé (3)

  • investissementVoici le 3ème et dernier article de la série « comment faire fructifier ses économies », comment investir.
    Jusqu’à présent ( et ) j’ai essayé de rigoureusement retranscrire les idées développés par jlcollinsh dans son blog et sa série sur les fonds indiciels.
    Je vais continuer de la même manière au début de cet article, mais rapidement je vais me retrouver seul avec des questions que ni jlcollinsh, ni Mr Money Mustache n’ont répondu, vu que cela ne les touche pas parce qu’ils vivent au Etats-Unis et que je vis en France. En France et en Europe de manière plus générale, quelques variables changent :
  • l’accès aux produits de Vanguard,
  • la monnaie avec les problèmes de conversion dollars/euros,
  • la fiscalité ou plutôt la double fiscalité pour ceux qui ne font pas attention.

Je vais répondre à toutes ces questions mais en reprennant les explications de jlcollinsh dans la 17ème partie de sa série sur les fonds indiciels.

Dans quels fonds investir ?

Il faut d’abord comprendre que investir « classiquement » avec Vanguard, consiste à acheter des « admiral shares », et ces fonds requièrent un investissement de 10 000 $ minimum pour commencer. Ces fonds ont aussi les coûts les plus bas.

Mais, pour un petit investisseur pour moi, qui débute, cela va me poser un problème. Je n’ai pas envie d’attendre d’avoir économisé cette somme avant de la faire fructifier.

Donc, pour les petits investisseurs, Vanguard décline ces fonds en 5 différentes « classes » pour permettre d’investir la quantité qu’on peut, au moment où on peut, mais pour nous en Europe, on a accès à seulement 3 « classes », les autres étant réservés à des institutions qui investissement pour la retraite aux US (les 401k). Je ne vous apprends rien en disant qu’au US, le système de retraite est par capitalisation, et non par répartition. En gros, chacun se démerde et malheur aux vaincus.

Prenons par exemple, le « VTSAX share fund », qui est un fond « admiral » avec un minimum d’investissement de 10 000 $. On va retrouver exactement le même fond sous diverses formes :
– donc le fond « admiral » le VTSAX investissement minimum 10 000 $, et frais 0,05 %
– le VTSMX : « investor shares » avec un investissemnt minimum de 3000 dollars et frais 0,17 %
– et le VTI, qui est un ETF c’est à dire, qu’on peut acheter ce fond sous forme de actions exactement comme n’importe quel actions (donc investissement minimum de 96 dollars aujourd’hui) et frais de 0,05%. Ce qui est très peu. Mais il faut savoir d’autres frais se greffent quand on achète des actions. Certaines banques prennent des frais de garde, il y a toujours des frais de courtage (d’achat ou de vente) qui sont plus ou moins élevés par banque mais jamais négligeables. Par exemple, chez ING, pas de frais de garde, mais les les frais de courtage pour un achat sur le Nasdaq sont de 15 € !! Mais cela peut être plus. Il faut donc faire attention aux choix de son courtier. La tendance de ces frais sont à la baisse car il y a une concurrence entre les banques. Les frais varient constamment, donc il faut bien chercher. Je suis chez Vanguard et les tarifs baissent régulièrement.
Revenons à nos moutons, comme je voulais investir dans un fond le plus diversifié possible, c’est à dire « Vanguard, Total Stock Market Index Porfolio », j’ai pu acheter du VTI avec une tout petite somme. J’en achète tous les 3 ou 6 mois pour faire des « packages » et lisser les frais de courtage.
Les mêmes déclinaisons de fonds existent pour d’autres fonds comme le REIT (Real Estate investissment Trust), le marché de l’immobilier avec :
VGSLX (10 000 $ mim, 0,10% de frais)
VGSIX (3000 $, 0,25%)
VNQ (ETF avec des frais de 0,10 %)
Et pour les marchés des obligations :
VBTLX (10 000 $ mim, 0,10% de frais)
VBMFX (3000 $ mim, 0,20 %)
BND (ETF de 0,10 %)
Donc, pour les prochaines années, je vais acheter au fur et à mesure (environ tous les 6 mois, ou tous les mois, si les frais d’achats sont offerts) du VTI. Et si un jour, je prends ma « retraite », j’essaierais de posséder le ratio que j’ai mentionné dans la deuxième partie de cette série, c’est à dire 50 % VTI, 20 % REIT (sauf si je suis déjà propriétaire), 20 % obligations et et 10 % cash.

Que penser de la conversion en euros/dollars ?

Pour le moment, cela ne me pose pas de problème, car l’euro est très fort et à mon avis (mais je ne suis pas le seul), et d’après moi, il ne pourra monter plus. Il faut savoir qu’au niveau actuel, le taux de change de l’euro pénalise énormément les entreprises européennes, et ralentie dangereusement la croissance dans la zone euro au point ou l’Europe est presque en récession.

La Banque Européenne est sous pression pour lâcher des liquidités et permettre une baisse du taux de change. Les taux d’intérêts sont déjà au plus bas et ne peuvent descendre beaucoup plus. Certains disent que la Banque Européenne n’a pas le mandat pour le faire, qu’elle doit être surtout concernée par les risques d’inflation. Sauf que actuellement, on est plutôt en déflation ou en fort risque de déflation.

Je ne sais pas comme cela va se finir. Tous les autres pays (USA, Japon, UK, Chine) gardent un taux de change de leur monnaie relativement bas et/ou ont relancé le crédit. Est ce qu’on va continuer ainsi ? Qu’elle changement cela va faire si on change de politique monétaire ? Je ne sais pas, car cette situation profite a court terme à l’Allemagne qui a su monter en gamme ses produits exportés. Mais l’Allemagne réalise maintenant que la moitié de sa clientèle est européenne et que cette situation ne peut continuer, même pour elle.

En tout cas, pour l’instant je suis content d’acheter un dollars faible avec mes euros fort. D’autres font différemment. Apparemment les Qataris achètent en Europe car les pris sont bas. Je ne sais pas si on achète encore leur pétrole en dollars ou en euros. Cela joue peut-être.
Si les taux de change devait changer, je reconsidérerais la situation.

Et les impôts et taxes ?

Je ne crois pas je vais payer trop de taxes. Je dois dire que je ne cherche pas défiscaliser.

Par exemple et d’une manière plus générale, je ne cherche pas comme j’ai pu voir chez certains, à risquer un investissement que je considère aujourd’hui comme moins sûr (genre défiscalisation immobilière) dans le seul but de payer moins d’impôts. Je trouve ces « plans » (Robien etc) assez scandaleux sur le principe. En effet, pour moi, l’impôt est le prix à payer pour un service rendu. Je suis content de voir les routes goudronnées, les trottoirs construits, d’avoir été dans une école presque gratuite etc. J’ai habité en Angleterre pendant 10 ans, au coeur des années Thatcher, et j’ai vu des routes et autoroutes pourries, je me suis vu attendre 5 heures à l’hôpital et penser que j’avais eu de la chance, et j’ai vu des trains certes électriques mais avec des wagons d’après-guerre. Donc j’apprécie de payer des impôts jusqu’à un certain point.
Ce qui me dérange avec les lois Robien et compagnie est leur principe. Le principe des lois de défiscalisation est de dire : « Ok vous ne payer pas d’impôt, vous gardez l’argent et vous investissez à la place et vous garder les profits ». Cela veut dire, vous pouvez utiliser l’argent que vous devez à vous acheter autre chose, et même gagner encore plus d’argent avec.

Je ne comprends pas vraiment le bien général là-dedans. Pour moi, c’est plutôt l’exaltation d’un bien de particuliers (ceux qui gagnent assez d’argent pour payer des impôts). Imaginez qu’on fasse la même chose avec la TVA : « Puisque vous achetez beaucoup chez nous, on vous fait cadeau de la TVA, et on vous rembourse même l’argent que vous nous devez, pour que vous puissiez consommer ailleurs, parce que c’est bien qu’il y ait des consommateurs ». Ce n’est pas vraiment « donnant donnant », c’est j’ai le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière. Ça ne peut pas être généralisé, c’est bien un avantage pour des particuliers. Mais, je suis sûr qu’il y aura toujours des gens pour trouver cela bien, le théoriser même, même si cela veut dire, fermer des écoles, rendre les universités payantes, voire très chères etc…

Bon, voilà, j’ai dit ce que j’en pensais, maintenant la réponse à la question : comment je vois les choses sur mes investissements ?

Le blog « Econowiser » a fait une série d’articles sur ce sujet. Le blog est écrit par une Hollandaise bien sympathique, en congés maternité (avant la naissance) et donc qui a eu un peu de temps pour faire des recherches. Ce que j’ai compris : si j’avais acheté des « admiral shares » depuis la France, j’aurais du le faire par une société irlandaise, et là c’est un peu le sandwiches hollandais, mais à l’envers. On paie un impôts sur les bénéfices/dividendes/plus-values, prélevés à la source de 15 %, et puis on repait un impôt quand on déclare ses revenus en France. On peut remplir une imprimé pour demander de n’être pas prélevé à la source car on ne vit pas en Irlande. Même chose si on investie dans « les admiral shares » aux US. Tout cela ne devrait pas me concerné car j’investie dans des actions. En France, les revenus issus des investissements mobiliers sont taxés comme les revenus du travail, avec l’impôt sur le revenu.

Pour les dividendes c’est pareil et ils sont déjà prélevés à la source. Donc actuellement, je paie près de 50 % de retenus fiscales sur les dividendes à cause certainement de la double taxation dont je parlais plus haut (cela fait une trentaine d’Euros pas an en taxes pour les dividendes). Je ne compte donc pas sur les dividendes pour rentabiliser mes investissements, mais sur la hausse générale de l’indice comme expliqué dans la première et deuxième partie de cette série. Il faut que je me renseigne sur cet imprimé.

Une fois que j’aurais quitté mon travail, je compte vendre ces actions petit à petit. Mon revenu global devrais être même moins élevé que maintenant donc les impôts devraient être minimes. Je ne paierais que les cotisation sociales (15 %). Je dis « devrais » car le futur est toujours incertain :).

Voilà, voilà, c’est tout sur le sujet pour le moment. Cela n’est pas super clair encore, je ne maîtrise pas tous les détails. Peut-être avez vous des ajoûts à faire ou questions ou des commentaires sur ce sujet ?

Avertissement : comme tout ce qu’il y a dans ce blog, cela ne représente que mes opinions personnelles que je partage sur la place publique. Vous êtes seuls responsables de vos choix.

Si vous avez aimez cet article, vous pouvez, si vous le voulez, laisser un commentaire et/ou vous abonnez pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Sur le même thème :

9 commentaires

  1. Bonjour,
    Comme vous, j’investi depuis quelques mois dans des ETF américains de Vanguard.
    Mon choix s’est porté sur VTI et VXUS.
    Chacun des trackers représentent 50 % du portefeuille.
    Mon horizon de placement étant de 22 ans minimum.
    A terme, je souhaiterai avoir un portefeuille composé de 75 % actions et 25 % fonds euros.
    Je suis donc ainsi investi sur plus de 9000 sociétés dans le monde, mais je me pose de plus en plus de questions et je me demande si je n’ai pas intérêt à n’investir uniquement dans VTI.
    C’est le choix que vous avez fait, mais je peux lire ici ou là, qu’étant français, il est préférable de diversifier et de ne pas être investi uniquement sur le marché américain.
    Qu’en pensez-vous ?
    Cordialement
    Jérôme

    1. Bonjour Jérome,
      C’est une question que beaucoup se pose. j’écoutais hier encore un podcast avec jl collins et Madfientist, et la question fut posée (il y a le transcript dans le lien). La réponse de Jl collins a été de dire que beaucoup des entreprises présentes dans le VTI sont en fait internationales sur beaucoup de points (leur marché, leur futur développement, leur production etc..) donc en fait il n’y a pas de nécessité d’investir en plus dans des sociétés qui ont leur sièges et leur cotations en dehors des USA.
      Je suis ce conseil et cela a le mérite d’être plus simple:), même si gérer deux fonds est raisonnable.
      Jl collins conseille d’investir dans la période d’accumulation en VTI ou plutôt VTSAX, et ensuite une fois dans la phase de consommation, une fois indépendant, d’avoir une partie du portfolio en obligations (toujours chez Vanguard VBTLX) pour adoucir les hauts et bas du marché boursier.
      Quels fonds en euros vous envisageriez ?
      Merci pour vos commentaires, c’est intéressant de voir comment tout le monde procède.

      1. J’ai 36 ans et la retraite est pour l’instant prévue dans 22 ans minimum. J’investis dans les opcvm depuis 2001 mais suite à l’acquisition de ma résidence principale en 2010, j’ai du racheter mes contrats d’assurance vie dans lesquels se trouvaient les opcvm. En
        2014 j’ai repris les investissements dans les opcvm. Je gerais un portefeuille d’une dizaine de fonds dont la première moitié sur assurance vie et l’autre sur cto. Mon but était de sélectionner ce qu’il me semblait être les meilleurs fonds afin d’obtenir les meilleurs performances.

        J’ai récemment fait la découverte du blog de jlcollins qui m’a éclairé sur les frais de gestion des fonds eux mêmes alourdis par les frais de l’assurance vie. Je suis aujourd’hui persuadé que cette enveloppe fiscale n’est l’as adaptée au buy & hold.

        Ce blog m’a permis de me fixer un objectif clair : me constituer une source de revenu complémentaire à la retraite. Pour ce faire investir, j’ai décidé d’investir régulièrement sur des trackers indiciel à bas coût et réinvestir les dividendes dans ces mêmes trackers puis sur fonds euros d’une assurance vie pour que ce dernier atteigne environ 20 % du portefeuille final.

        Peu à peu, je vends mes fonds actifs pour réinvestir dans vti et vxus. Avec le système de moins value, je ne devrais pas payer plus d’impôts malgré ces ventes. Régulièrement, j’achete du vti et du vxus. Pour l’instant j’investi 100 % de mon épargne long terme sur ces deux trackers. Rien sur le fonds euros donc.

        Lorsque j’aurai atteint la phase consommation ( à la retraite ), je consommerais les dividendes et les intérêts annuels du fonds euros et vendrai un peu de trackers ( entre 2 à 3 % de retrait par an ). En periode de baisse des marchés financiers, je ne ne ferai des retraits que sur le fonds euros.

        Je me demande si acheter vxus en plus de vti est vraiment pertinent. Pourtant toujours sur le blog de jlcollins, certains conseillent de diversifier pour les non américains…

        En ce qui concerne le fonds euros je n’ai pas encore fait mon choix. Peut être utiliserais-je le fonds RES de MACSF que j’ai souscrit il y a 9 ans.

        1. Re-bonjour,
          Merci pour toutes ces précisions. Cela me paraît très intéressant. La question qui me reste vis à vis de ces fonds indiciel est celle des taux de change. Investir en Euros sur des trackers serait idéal mais je n’ai pas trouvé de « vrais » tracker encore, plutôt des fonds qui imitent les trackers pour pouvoir rentrer dans un PEA, mais je me méfie. Par contre, investir en dollars sur des fonds à l’international, je n’ai pas encore compris l’intérêt. Donc je continue à réfléchir et me questionner. Si je trouve un vrai fond indiciel à l’international en euros (je n’ai pas pu chercher dernièrement), je pourrais en acheter dans un soucis de plus de diversification, pourquoi pas ? Merci encore.

          1. Il me semble qu’il est impossible d’investir dans des actions internationales en euros. Effectivement, des trackers en euros ( et donc éligible au PEA ) répliquent l’indice MSCI World. En revanche il s’agit d’un tracker synthétique qui ne comporte aucune action américaine
            Je ne comprends pas pourquoi vous ne voyez aucun intérêt à investir sur des fonds internationaux en dollars.
            A long terme, je ne vois pas l’inconvénient d’investir en dollars.
            A court terme, effectivement, c’est une autre histoire, c’est pourquoi je fais le choix d’un fonds euros pour les 20 % plutôt qu’un ETF genre BND.

          2. Bonjour,
            Oui, j’avais fait un article sur ces trackers qu’un commentateur m’avait indiqué. Natixis si ma mémoire est bonne
            je me suis mal exprimé : Je ne vois pas l’intérêt pour moi d’investir spécifiquement dans un fond international en dollar. j’ai l’impression que le VTI couvre à la fois le marché américain et le marché international.
            Je suis d’accord avec vous, investir en dollars de posera certainement pas de problème sur le long terme. j’aime bien votre idée d’avoir des fonds en euros au moment de profiter de mon épargne. Cela permettrait d’attendre en cas de chute des cours du dollars par exemple. L’autre solution est de garder environ 2 ans de liquidités en cas de chute des cours ou crise mondiale.

  2. Dans mon exemple, le fonds en euros constituent justement les deux à trois années de liquidités en cas de baisse des cours de la bourse.
    Je pense que je vais arrêter d’acheter du VXUS. Combiner VXUS et VTI me permettait en quelque sorte de posséder le monde mais Je pense effectivement que le VTI est assez diversifié.
    Cdt
    Jérôme

  3. Bonjour,
    Savez-vous s’il est possible, pour nous investisseur français, d’acheter des parts du fonds admiral VTSAX ?
    L’intérêt résiderait d’investir la même somme régulièrement
    Cordialement
    Jérôme

Les commentaires sont fermés.